img-0340-co.jpg

 

 

 

 

 

Colombe eucharistique

Création d’une colombe eucharistique en bronze et cuivre doré et émaux de Léa SHAM’S et Alain DUBAN (galerie du canal Limoges)

Cette création s’inscrit dans la tradition limousine du XII-XIIIe s, c’est une proposition pour la réserve eucharistique.

Métal doré à la feuille d’or, le corps fait 25cm de long. Les ailes de la colombe en pur émail champ levé dans la tradition limousine sont articulées pour découvrir la sainte réserve, lunule et petites hosties contenues dans le corps en métal doré. Les yeux également émaillés sont sertis. La colombe, forme traditionnelle du tabernacle, est présentée sur un support en fer forgé patiné d’une hauteur d’un mètre trente. La couleur rouge rubis évoque évoque à la fois le feu de la présence et la prière eucharistique « Que ton esprit saint vienne sur ce Pain…. »

Le contraste entre la forme dorée signe de la lumière et le rouge enveloppant des ailes souligne la chaleur de la Présence.

Cette œuvre a été commandée par Mgr Dufour pour sa chapelle épiscopale comme premier élément d’un réaménagement liturgique.

Jean Marie GAUDRON curé de la cathédrale de Limoges responsable d’art sacré

 

 

 

 

Supplément Pélerin N° 6864 18 juin 2014

Colombe Eucharistique 2008 Bronze cuivre doré et émaux Chapelle de l'êvêché de LimogesAlain DUBAN et Léa Sham's

Cette colombe est un objet liturgique: ses ailes s'ouvrent sur un réceptacle destiné à la conservation des hosties consacrées. Flamboyante, joyeuse, si contemporaine, cette oeuvre rejoint l'ancienne tradition des "colombes eucharistiques". Avant que le concile de Trente, au XVIéme siècle, ne favorise l'intallation de tabe(rnacles tels que nous les connaissons, le Saint Sacrement étant gardé à l'église dans un vase sacré souvent suspendu au dessus de l'autel, et souvent en forme de colombe.Les dinandiers et émailleurs limousins du Moyen âge s'en étaient fait une spécialité. Notre colombe du XXIé siècle est le fruit des mêmes savoir-faire: mise en forme du cuivre, gravure des creux destinés à l'émaillage dit "champlevé". Mais qu'elle nouveauté d'inspiration ! Cette silhouette dessinée à la fois en droites et en courbes; ce haut piédestale noir qui remplace la suspension; ces couleurs éclatantes qui ont la chaleur du vivant; magnifié par l'or convenant au caratère sacré de l'objet. Les arabesques végétales évoquent la vie qui grandit, ou encore des plumes. Et surtout, des flammes ! Ainsi la colombe rappelle doublement l'Esprit Saint, celui qui dsacntifie le pain et le vin pour qu'ils deviennent corps et sang de Jésus-Christ. Monique Scherrer

 

 

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×