"Il couvre les profondeurs de cet océan de nuages" (Jb 36, 30)

Campo Santo Venise, Joseph MALLORD WILLIAM TURNER (1775-1851), 1842 Musée d'art de Toledo (Etats Unis) 61,2 x 91,2 cm.

Campo santo venise turner

En 1819, Turner découvre Venise. Il y reviendra plusieurs fois, captivé par la lagune. Cette oeuvre exprime parfaitement ce qui passioona Turner: non pas les merveilleuses façades et leurs reflets sur l'eau, comme tabnt d'artistes mais le tremblement des eaux, les brumes imprécises, l'atmosphère vénitienne unique. Turner dissout les détails des architectures , reléguées sur le bord de sa toile. Son sujet c'est un ciel au bleu presque indigo, à peine distinct des montagnes lointaines, et de l'eau. Son sujet ce sont ces nuages mordorés et bleu, changeants comme les reflets d'un tafetas. Lesz pécheurs,ne l'intéressent que par les nuances qu'ils apportent.Ces personnages permettent ausis au spectateur de prendre ses marques, dans une toile qui tens à l'abstraction : même les voiles dressées d'une barque ont l'allure d'unn grand oiseau blanc! Un critique d'art écrivait:"Il y a dans le génie de Turner quelque chose de féérique et d'insaisissable qui répugne singuliérement à la réalité". Reconnaissons plutôt à Turner la qualité d'attirer notre attention sur une autre réalité certes moins immédiate, hommages au permanent et surprenant spectacle de la création. Venceslas-Deblock

 

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site