La Genèse

img-0342-co.jpg

 


 

 

img-0340-co.jpg

 

 

Origine par le Père Charles SINGER  

  

Origine

…Vide…

…l’infini du vide…

Pas l’abîme : il n’y a pas de sommets.

Pas de zéro : il n’y a pas de chiffres.

Pas de désert : il n’y a pas de sable.

Absence…

infini de l’absence…

pas de silence… il n’y a pas de bruit.

Pas la nuit : il n’y a pas de clarté

absence…

rien…

vide…

alors, dans le vide…

dans l’éternité de l’absence…

dans le gris infini…

alors,

il y a le commencement !

Dieu fait le commencement,

d’abord

en premier lieu.

Il fallait bien,

Puisqu’il n’y avait rien.

Dieu fait un commencement !

Alors,

Déployé à l’infini,

Comme une aile étirée

Jusqu’aux bords extrêmes

de l’infini,

alors…

passe…

« le souffle de Dieu ! »

Alors

on entend

les premiers cris,

                            l’enfantement,

l’engendrement,

du ciel et de la terre…

 

Premier jour

 

Dieu dit :

« LUMIERE ! »

Alors la première aurore

Taille des galons d’or

Dans le gris perpétuel.

Ombre et lumière.

Dieu crée le jour et la nuit.

Premier soir, premier matin :

C’est le premier jour de l’Univers !

 

Deuxième jour

 

Dieu dit :

« MER ET TERRE ! »

Alors les sources coulent

Et les océans se roulent,

Les vallées se couchent

Et les volcans se mouchent.

Dieu crée la mer et la terre.

Deuxième soir, deuxième matin :

C’est le deuxième jour de l’Univers !

 

Troisième jour

 

Dieu dit :

« ARBRES ET FLEURS ET GRAINES  » !

Alors, les marguerites

Se poursuivent dans les hautes herbes

et les sapins chevauchent

le dôme des collines.

Dieu crée les arbres, les fleurs et les graines.

Troisième soir, troisième matin :

C’est le troisième jour de l’Univers !

 

Quatrième jour

 

Dieu dit :

« DANS LE CIEL, DES SIGNES POUR ECLAIRER LA TERRE »

Alors, folie dans le ciel,

Pluie de lumières,

Nébuleuses en dérive,

Galaxies à pleins chariots,

Corbeilles d’arc-en-ciel!!

Dieu crée le soleil, la lune et les étoiles,

Quatrième soir, quatrième matin!:

C’est le quatrième jour de l’Univers !

 

Cinquième jour

 

Dieu dit :

« Oiseaux du ciel, Poissons de la mer » !

Alors les hiboux

arrondissent leurs yeux,

les pingouins

préparent leur tenue de soirée,

et les baleines

chantent sur le fond des fosses marines.

Dieu crée les êtres vivants

qui glissent dans l’air et dans l’eau.

Cinquième soir, cinquième matin!:

c’est le cinquième jour de l’Univers.

 

 

Sixième jour

 

Dieu dit:

 

«SUR TOUTE LA TERRE, DES ETRES VIVANTS ! »

Dieu dit:

 

« IL MANQUE L’HOMME ET LA FEMME,

QU’ILS SOIENT BEAUX PLUS QUE TOUTE CHOSE

PLUS QUE TOUT ÊTRE.

EN EUX, JE METTRAI MON SOUFFLE.

ILS RESPIRERONT DU SOUFFLE DE VIE ISSU DE MA BOUCHE ».

Alors,

Du fond de son infinie tendresse, avec l’éternité de son amour,

Dieu crée l’homme, Dieu crée la femme.

Il les crée avec le même amour,

Avec la même tendresse.

Dieu les regarde et dit :

VOUS ÊTES DEUX. VOUS ÊTES DIFFERENTS.

VOUS ÊTES UNE SEULE CHAIR.

L’UN SANS L’AUTRE VOUS N’ÊTES RIEN.

TOI, L’HOMME, TU ES POUR ELLE.

ELLE EST TA TENDRESSE.

TOI, LA FEMME, TU ES POUR LUI.

IL EST TA TENDRESSE.

JE VOUS CREE «AMOUR ET DON ET LIBERTE».

JUSQU’AU BOUT DE L’ETERNITE

RIEN NE CHANGERA MON AMOUR POUR VOUS.

Dieu regarde l’Homme et la femme

et sa joie déborde:

Ils respirent du souffle de sa vie.

En eux palpite

L’infini de sa tendresse.

Vraiment ils sont très beaux.

Sixième soir, sixième matin!:

C’est le sixième jour de l’univers.

 

Septième jour

 

Le septième jour, Dieu se repose.

C’est la fin de la semaine,

c’est le temps pour admirer.

Dieu contemple,

pour s’en réjouir à satiété,

tout ce qui est sorti

de son Amour.

C’est très beau.

Amis, vous le savez :

Dieu est le Dieu des vivants.

Amis, sachez-le :

Vous êtes la musique de Dieu

Qui chante dans l’Univers :

Dans votre corps,

Dans votre esprit,

Dans votre terre,

Il y a la splendeur de Dieu.

 

A l’aube tout est accompli :

La beauté est à fleur de terre.

Les renards se roulent dans les saules argentés,

et les moineaux s’entortillent dans le feu des coquelicots.

Dans ses plissures, la rivière embarque

des tranches de soleil, et les volcans étalent

leur géométrie de basalte.

L’homme et la femme

Se parcourent de la main et du cœur :

Ils devinent l’avenir de leur tendresse.

L’espérance est à fleur de terre.

Et Dieu n’en peut plus de joie.

C’est vrai quoi !

Tout est si beau et si harmonieux !

Alors, Dieu se met à tournoyer sans arrêt,

comme un fou, et à crier,

et c’est comme une musique à fleur de terre.

Lorsque le bonheur est trop grand,

il ne reste que le cri et la danse.

Il y a un soir

Et il y a un matin,

Dieu crée le chant et la danse.

Septième jour

 

Huitième jour

 

C’est l’aube du huitième jour et la nuit a porté conseil.

Dieu a tout créé, et quelques-uns ont décidé de prendre les choses en

main,

pour organiser les hommages à l’auteur des êtres et des choses.

Ils se réunissent.

Leurs bouches disent de graves paroles.

Au-dessus de leurs têtes, c’est la sarabande des galaxies,

Mais ils ne se laissent pas distraire.

Après une longue séance, ils s’habillent de couleurs, pour qu’on les voit

de loin.

Puis ils convoquent leurs semblables :

« Nous avons parlé, et nos conclusions sont clairement établies. Les

voici :

Tout être vivant doit se plier devant le Dieu créateur.

C’est la loi de la nature. Nous avons prévu les diverses façons

d’exprimer

la soumission de la créature. N’ayez crainte, nous savons ce qu’il

attend de vous,

ce qui est juste et vrai. Nous parlerons pour vous. »

Le peuple se met à genoux :

« Ces hommes connaissent Dieu, il faut les écouter. »

Pleins de piété et d’assurances, ils décident, en délégués du peuple,

De se rendre sous l’arbre, près de la pierre

sur laquelle Dieu a coutume de poser sa tête pour dormir.

Dieu n’est pas là. Mais ils sentent un souffle qui passe au-dessus

d’eux,

comme un tourbillon.

Levant les yeux, ils voient là-bas,

A l’autre bout du pré : Dieu qui chante et qui danse !

S’approchant à pas mesurés, ils regardent étonnés, attendent,

Puis se disent entre eux!: « Dieu chante et danse.

Laissons-lui le temps de se calmer.

Il est rempli d’allégresse parce que tout est achevé. »

Mais Dieu n’arrête pas.

Il chante et il danse et il tournoie et il rit, et il VIT !!!

Il se réjouit de leur présence !

Eux restent calmes, à distance, et dignes.

La consternation peu à peu remplace le sourire coincé au bord des

lèvres!:

« Quel exemple quand même ! Dieu se doit d’être sérieux !

Se donner ainsi en spectacle ! Dieu n’est pas raisonnable !»

Dieu, ruisselant de sueur

et de bonheur,

s’arrête essoufflé et leur dit :

« Regardez donc comme tout cela est beau ! »

A ce moment, ils le saisissent et le poussent

vers un carré de pierres merveilleusement ouvragées.

Ils l’y maintiennent fermement

et l’entourent de chandeliers incrustés d’or fin,

et de cierges de pure cire d’abeille.

Ensuite, les traits empreints de respect,

Ils s’inclinent devant lui profondément.

Depuis ce jour-là,

Dieu attend le peuple

Qui le libère pour la danse.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site